« Mechanical Trip »

Parfois il suffit d’une rencontre pour changer le cours d’une vie. Et cette « rencontre » n’est pas uniquement physique, elle est aussi spirituelle. La mienne (de rencontre) avait deux roues et une âme enrobée d’acier. Une sorte d’ange mécanique aux ailes blanche et rouge et à la carburation plutôt riche. Cet ange s’appelait XL125 et j’ai pu la caresser du bout de mes mini-mains au début de mon existence.

Puis plus rien… Mais 6 ans plus tard, « on » m’a envoyé sa sœur, qui semblait être sa cadette. Elle s’appelait QR50 et n’avait qu’une seule mission : me montrer ce qu’est le nirvana (version deux temps). Mais d’abord elle a besoin de prendre son kick. Alors je le lui donne. La poignée se visse, bien en main, et là… dans une fumée bleutée je prends mon premier vrai kif ! Qu’est ce que c’est bon bordel.

Apparemment, l’homme a besoin d’une certaine constance pour évoluer, mais aussi d’excitation pour avancer. Et rider moi ça me fait avancer. Sur tous les points de vue, et sur toutes les surfaces.

Le ride c’est un concept. C’est quoi le RIDE ? J’aime le définir comme une sensation. Une sensation qui résulte de l’ajout d’un « add-on » à notre corps, et qui se produit lorsque l’on est en mouvement. Cette complémentarité permet de « rider » un élément. Vous me suivez ? Un surf sur l’eau, des skis sur la neige, un vélo sur la route, une wing suit dans les airs… Eh bien la moto est l’add-on de l’asphalte ! Et même de la terre pour certains.

Après plus de vingt ans de ride à deux roues, je peux vous dire que l’on plane sur une moto. Pas le même vol qu’en avion ou qu’avec le sexe, mais notre corps finit par ne faire plus qu’un avec la route. Et l’on finit par se laisser glisser juste guidé par le regard, comme le font les oiseaux.

Pourtant un jour j’ai décidé de chercher ce qu’il y avait encore de plus profond dans le concept du RIDE. Et la mécanique s’est présentée d’elle-même à un moment opportun, le jour où j’ai décidé de façonner un « add-on » à mon image. Comme tant d’autres l’ont fait avant moi. Fini les directives, les bonnes manières et le négativisme. Bienvenue dans l’imagination, la création et l’artisanat. On ne fera peut-être jamais aussi bien que des ingénieurs spécialisés mais on s’en fout. Au moins ça viendra de nous et on sera fier de l’avoir fait nous même.

Pour ça maintenant il y a le Bercail. Un endroit où l’on peut s’insuffler un « mechanical trip » comme dirait un anglosaxon. Un espace dédié à nos bécanes et où l’on est accepté pour ce que l’on est : des riders. Alors bienvenue chez Rideshaper, une étable où tous les riders peuvent se retrouver et s’adonner à leur passion, celle de la Moto avec un grand M. Probablement l’un des derniers sanctuaires de liberté…

2017-07-14T14:40:45+00:00

4 Comments

  1. Fine 12 juillet 2017 at 16 h 25 min - Reply

    Tu es tombé dedans petit….la potion était magique…. tu l’as fait sans savoir que c’était impossible….la potion est vraiment magique et toi formidable.

  2. Noël Flantier 15 juillet 2017 at 1 h 14 min - Reply

    Une belle histoire qui commence…

  3. Julien Orriols 17 juillet 2017 at 17 h 05 min - Reply

    Génial !!! J’adore le concept et le Bercail est vraiment trop bien pensé! Quel surprise quand on arrive😉
    Tres bon ride autour de Lausanne avec toi mon ami😁🖒
    From my heart, i wish you a smooth flight on this awesome journey!🙏

  4. Philippe 4 septembre 2017 at 17 h 53 min - Reply

    Very interesting concept!

Leave A Comment